Une vision innovante de l'université de demain

L'avenir est dans la formation de la jeunesse, dans l'innovation, dans la recherche.
Pour prendre pleinement ses responsabilités sur ces enjeux majeurs, l’Université de Nantes, le Centre Hospitalo-Universitaire de Nantes (CHU), Centrale Nantes et l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) proposent un nouveau modèle universitaire en France, décloisonné, qui rassemble les acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche (grandes écoles, organismes de recherche).

Ce nouveau modèle remet au centre des préoccupations la question de l'accès à un enseignement supérieur qualitatif pour le plus grand nombre. Il a l'ambition de créer les conditions de réussite et d'épanouissement pour ses étudiants et de permettre des innovations majeures.

Réunir les forces académiques et réinventer le fonctionnement de l'université

L’Université de Nantes, Centrale Nantes, le CHU de Nantes et l’Inserm portent une double ambition :

Créer un nouveau modèle d’université pour unir les forces académiques tout en préservant les spécificités de chacun.

  • Construire une stratégie commune de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation sur le territoire, déterminer des objectifs partagés et la manière dont chacun, dans son domaine, contribue à leur réalisation de façon solidaire ;
     
  • Valoriser leurs atouts de manière cohérente, concertée et complémentaire ;
     
  • Ainsi, répondre aux enjeux de développement du territoire par la formation, la recherche et l’innovation mais aussi contribuer à la transformation de ce territoire en rapprochant l’enseignement supérieur et la recherche, le CHU et les industriels.
    Ce rapprochement permettra de développer les relations avec les administrations publiques, les PME/TPE, les structures de l’économie sociale et solidaire, les collectivités territoriales, les institutions patrimoniales et culturelles, en somme tout ce qui fait le tissu économique et social du territoire.

Réinventer le fonctionnement de l’université en créant des pôles regroupant composantes et unités de recherche de l’université
 

  • Permet une répartition des compétences différente, un fonctionnement qui, en respectant les compétences des composantes ou unités de recherche, repose sur la confiance et le contrôle a posteriori ;
     
  • Les pôles seront impliqués dans la définition de la stratégie commune de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Ils ont vocation à mieux articuler le lien formation-recherche dans le cadre d’un dialogue étroit avec les composantes et les laboratoires de recherche ;
     
  • Ils disposeront d’une liberté de pilotage et de gestion qui leur permettra de prendre les décisions les plus pertinentes en assurant une répartition équilibrée des moyens humains et financiers entre les composantes et les unités de recherche.

Une dynamique de territoire sur le site nantais, grâce notamment à l’isite NExT

Logo Next Pour accélérer la réalisation de cette ambition, ces quatre membres fondateurs ont construit le projet NExT autour des deux axes d’excellence, la « santé du futur » et « l’industrie du futur », avec le soutien du CNRS.

Le Label isite a été obtenu en 2017. Il poursuit les objectifs suivants :

  • Faire émerger et rayonner un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche de rang mondial à Nantes en s’appuyant sur l’écosystème local,
     
  • Renforcer les axes d’excellence de la recherche nantaise et développer de nouvelles thématiques, en les établissant et les consolidant en s’appuyant sur des évaluations internationales, en attirant de nouveaux chercheurs et en favorisant la formation par et pour la recherche, au bénéfice de l’intérêt général.

Aujourd’hui, l’École des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire (EBANSN), l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes (ENSA Nantes) et l’Institut de recherche technologique Jules Verne souhaitent participer à la création de cet établissement
 

  • L’IRT Jules Verne s’engage dans le projet avec l’ambition de contribuer à la construction d’une université européenne de recherche de premier plan, en lien étroit avec la société et le monde économique et pour promouvoir une industrie compétitive, écoresponsable, innovante et humaine. Le rapprochement avec l’IRT Jules Verne - une première en France - va donc renforcer le lien formation/recherche/société
     
  • L’École nationale supérieure d’architecture de Nantes (ENSA Nantes) apporte ses savoirs et savoir-faire relevant de la formation, de la recherche et de l’expertise territoriale. Elle propose d’inscrire ses apports et nouveaux objets de travail partenariaux dans le projet NExT 2 en contribuant aux deux axes « santé du futur » et « industrie du futur » à travers leurs enjeux architecturaux, environnementaux et urbains contemporains. La contribution de l’ENSA au renouvellement de l’architecture hospitalière est par exemple très attendue par le CHU, en lien avec le design, en concevant des locaux plus bienveillants pour les patients et les personnels ;
     
  • L’École des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire (EBANSN), s’inscrit dans la dynamique territoriale de l’enseignement supérieur pour intégrer un volet artistique et culturel aux grands enjeux pluridisciplinaires des mutations écologiques, sociales et inclusives. Les questions comportementales et d’individuations en lien avec le développement territorial contribuent au déploiement des travaux sur l’industrie du futur et la santé du futur. L’EBANSN, en grande proximité avec les sciences humaines et sociales, participera à la définition d’une vision globale et cohérente des défis du futur proche. L’intégration de l’art au CHU, de la notion de surprise et d’inattendu pour le patient et le visiteur, participeront grandement à l’humanisation de l’hôpital et à son intégration dans la cité. Ce mouvement est d’autant plus important à Nantes, métropole à la pointe de la rénovation urbaine.

L’INRAe, Oniris et l’institut de cancérologie de l’ouest sont des partenaires privilégiés de ce projet, le CNRS ayant la qualité de partenaire spécifique.

Seul label d’excellence à l’ouest d’une ligne Bordeaux-Lille, NExT bénéficie en outre d’un fort soutien de la région et la métropole.

Il s’agit donc bien de créer une « dynamique d’évolution et de transformation du système de l’enseignement supérieur et de la recherche »* sur le site nantais.

* Extrait de la convention du 23 juin 2014 entre l’État et l’ANR second programme d’investissement d’avenir (action IDEX/I-SITE).
 

Une nouvelle université qui relève les défis du monde contemporain

Cette nouvelle université, Nantes Université, s’appuie sur un projet académique qui porte les enjeux attachés à la « santé du futur » et à « l’industrie du futur ».

Ce projet prend un sens tout particulier au regard de la crise sanitaire et environnementale que nous traversons, cela nous conduit à renforcer notre ambition autour de trois axes :

1/ Inscrire l’isite dans les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU*  et le contexte lié à la crise sanitaire et environnementale

Cette crise soulève de nombreuses questions autour des transitions (écologique, industrielle, numérique...) et de la place de l’humain. Elle est révélatrice des profonds changements en cours et confirme la nécessité de développer une recherche tant fondamentale qu’appliquée autour de la notion même de transition.
Cette thématique transversale, qui se décline dans le temps et dans l’espace, peut fonder de nombreux travaux notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales ;

2/ Affirmer l’importance de la science ouverte et des ressources éducatives libres

  • Volonté de favoriser la plus large diffusion des connaissances créées grâce aux fonds publics
     
  • Outils de rayonnement national, européen et international de la recherche et de la formation

3/ Contribuer à la construction de l’Europe en participant à la création de l’université européenne EUniWell centrée sur les enjeux du « bien-être » et les ODD de l’ONU

  • Projet qui implique l’Université de Nantes et donc demain l’établissement public expérimental, en résonnance avec les axes de l’isite. Les établissements membres de Nantes Université pourront donc participer au projet EUniWell à travers Nantes Université.

Nos établissements assument donc leurs responsabilités et se positionnent comme des acteurs des changements à venir. Les compétences qui sont les nôtres dans le domaine de la santé, des sciences et technologies, des sciences humaines et sociales, des arts et de la culture, nous permettent de porter un projet académique répondant à ces enjeux dans toute leur diversité.

* En 2020, l’université de Nantes est la 4e université française dans le classement THE Impact qui analyse les activités des universités au regard des ODD de l’ONU (rang 101-200). Elle figure parmi les 50 meilleures universités du monde s’agissant du déploiement de dispositifs garantissant des conditions de travail équitables et favorables pour tous.