La méthode adoptée est participative. Elle permet depuis 2017 l'implication des étudiant.e.s et de l'ensemble des personnels de l'établissement et veille, dans un objectif de transparence, à tenir la communauté régulièrement informée des travaux et de leur avancée.

Depuis septembre 2020, Carine Bernault, présidente de l’université a saisi la mission indépendante "démocratie universitaire" pour piloter une démarche de concertation autour du plan d'actions NExT 2. 
La mission animera une nouvelle phase de concertation de novembre 2020 à janvier 2021 autour du projet de constitution de Nantes Université. L’ensemble de la communauté universitaire sera invité à s'exprimer sur les statuts de la nouvelle université.

I-Site : le plan d'actions NExT 2 soumis au débat des instances

Le plan d'actions NExT 2 a été soumis au débat dans toutes les instances de l’Université de Nantes. Saisie par la présidente de l'université, la mission indépendante "démocratie universitaire" a animé les échanges et assuré le pilotage de cette démarche de concertation.

En savoir plus

Les grands principes

Les grands principes de gouvernance

  • Attachement au principe de la démocratie universitaire
     
  • Les personnels et étudiants des établissements membres sont électeurs et éligibles pour les élections concernant Nantes Université
     
  • Chaque pôle, dirigé par un directeur, est doté d’un conseil composé majoritairement d’élus représentants les personnels et étudiants
     
  • Le conseil d’administration de Nantes Université est composé majoritairement d’élus représentants les personnels et étudiants
     
  • Le président de Nantes Université siège avec voix délibérative dans les conseils d’administration des établissements-composantes, de l’IRT et au directoire du CHU. Les directeurs des établissements-composantes sont invités permanent au conseil d’administration de Nantes Université
     
  • Une instance, appelée directoire, réunit le président de Nantes Université, les directeurs de pôle et tous les établissements membres de Nantes Université qui s’engagent à mettre en oeuvre la stratégie commune. Elle est le lieu d’élaboration de cette stratégie. Elle prépare les décisions du CA de Nantes Université. Elle peut confier à l’un des membres la mission de développer des actions, de porter des projets, au service et au nom de tous
    • Le bureau du directoire veille à la cohérence entre la stratégie de déploiement de l’isite et la politique mise en oeuvre au sein de Nantes Université s’agissant de la santé du futur et de l’industrie du futur. A ce titre, les quatre membres de fondateurs de l’i-site (Nantes Université, Centrale Nantes, le CHU de Nantes et l’Inserm) sont membres du bureau. La composition précise du bureau est déterminée par le règlement intérieur de Nantes Université
       
  • Le conseil académique, composé exclusivement d’élus représentants les personnels et les étudiants, est compétent en matière de formation, recherche, innovation, vie étudiante, relations européennes et internationales, ressources humaines hors établissements-composantes. Il rédige des rapports, formule des préconisations mais est aussi doté d’un pouvoir de décision. Il se compose d’une commission permanente et d’une commission de la vie étudiante.
     
  • Nantes Université est également doté d’un comité d’éthique, de déontologie et d’intégrité scientifique, d’un conseil d’orientation stratégique et d’une mission égalité femme-homme à laquelle sont attribués des moyens humains et financiers pour engager une politique transversale d’accompagnement, de soutien et de valorisation visant à rééquilibrer la place et la représentation des femmes à tous les niveaux et dans tous les secteurs qu’ils relèvent de la formation, de la recherche ou de l’administration.

Structuration de l’établissement public expérimental

  • Les composantes universitaires (UFR, facultés, instituts, écoles...) et les structures de recherche universitaires, qui sont les socles fondamentaux des pôles, sont réunies dans quatre pôles : Humanités, Santé, Sciences &Technologie, Sociétés. L’INSPE, l’OSUNA et les structures fédératives restent hors des pôles et contribuent activement à la démarche d'interdisciplinarité à l'échelle de l'établissement
     
  • Des établissements-composantes qui sont également hors pôles : Centrale Nantes, l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes et l’école des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire
     
  • Un lien renforcé avec le CHU de Nantes, l’INSERM, le CNRS et l’IRT Jules Verne.

Les actions mises en œuvre par le nouvel établissement


L’Université de Nantes, Centrale Nantes, le CHU de Nantes et l’Inserm affirment leur volonté de créer un établissement public expérimental avec également l’école des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire, l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes et l’institut de recherche technologique Jules Verne.
Nantes Université portera des valeurs fortes qui fondent le service public : le nouvel établissement sera démocratique, écoresponsable*, inclusif, exemplaire dans l’application de l’égalité femme-homme, il garantira la liberté académique, il promouvra l’accès le plus large aux connaissances notamment en déployant la science ouverte et les ressources éducatives libres, il cherchera toujours à améliorer les conditions d’études et de travail.

Les actions

  • Développer une approche interdisciplinaire de la formation et de la recherche sur des thématiques scientifiques stratégiques liées notamment à l’interface ingénierie-santé et aux grands enjeux des sciences humaines et sociales notamment grâce à des structures d’animation dédiées préexistantes et à créer (LABEX, clusters de recherche, etc.)
     
  • Restructurer l'offre de formation de 2ème et 3ème cycle en renforçant le lien entre la formation et la recherche, notamment par la mise en place de parcours de formation master-doctorat (graduate programmes) adossés aux thématiques d’excellence des équipes de recherche nantaises et fortement ouverts à l’international, dans une logique de regroupement des forces et de décloisonnement des parcours entre acteurs académiques nantais (en s’appuyant sur le projet Triton lauréat de l’appel à projets "structuration de la formation par la recherche dans les initiatives d’excellence" (SFRI) du programme d’investissement d’avenir (PIA))
     
  • Développer l’attractivité internationale du site pour les enseignants-chercheurs et chercheurs et pour les étudiants, et notamment le recrutement de personnels de recherche de haut niveau en s’appuyant sur une démarche de prospection active et sur les dispositifs financiers d’accueil (NExT Talent, Connect Talent, chaires, ATIP-AVENIR)
     
  • Développer la formation continue et l’innovation pédagogique
     
  • Mettre en oeuvre des projets internationaux stratégiques à l’échelle de Nantes Université notamment en développant une politique ambitieuse de mobilité internationale des personnels et des étudiants via des partenariats pérennes et de qualité et en favorisant des rencontres internationales via tout type de manifestation (conférences, salons professionnels, compétitions scientifiques et sportives...)
     
  • Développer conjointement des partenariats stratégiques de moyen-long terme avec les acteurs socio-économiques (chaires industrielles, laboratoires communs) et amplifier les partenariats avec les entreprises du territoire
     
  • Mettre en oeuvre une politique DeepTech ambitieuse en faveur de l’entrepreneuriat et de l’incubation de projets de créations d’entreprises issues des résultats des laboratoires de recherche nantais
     
  • Développer une vie de campus permettant de multiplier les échanges et encourageant la mise en oeuvre de projets communs par les étudiants et les personnels.
Dans la mise en oeuvre de ces actions, des interactions fortes seront aussi entretenues avec le CNRS, Oniris, l’ICO, et l’INRAe.

* Les 20 mesures qui définissent les services publics écoresponsables concernent la mobilité durable des agents, la suppression du plastique à usage unique, une politique d’achat zéro-déforestation, une alimentation plus respectueuse de l’environnement, la réduction de la consommation d’énergie dans les bâtiments, la suppression des produits phytopharmaceutiques, l’économie circulaire et la maitrise de l’empreinte carbone du numérique (https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/services-publics-ecoresponsables).