Afin d’être plus efficace et de mieux accomplir ses différentes missions, la Nouvelle Université s’appuiera sur une administration réorganisée autour des composantes et ses unités de recherche, des pôles et du nouvel établissement.
Les décisions seront prises au niveau le plus pertinent, au plus proche du terrain, chaque fois que cela est justifié, sans doublon.

L’université poursuivra ainsi le travail déjà engagé depuis quelques années sur la modernisation de l’administration et adaptera progressivement son fonctionnement à cette nouvelle organisation.
Cette adaptation se fera sans réduction de personnel ni budgétaire, dans le respect de toutes les individualités.

Trois filières se réorganisent en priorité

Dans le cadre du travail collectif sur la gouvernance et la répartition des compétences,  toutes les filières « métier » ou de gestion ont été examinées. Trois d’entre-elles ont été priorisées pour la réorganisation : Finances-Aide au pilotage ; Gestion des ressources humaines ; Appui à la recherche et aux projets académiques. 

Les ressources humaines se structurent au sein de la Nouvelle Université

L’activité « gestion des ressources humaines » est la première filière métier investie dans le cadre du volet « déclinaison organisationnelle de la Nouvelle Université ». Le travail mené depuis quelques mois sur la répartition des compétences va ainsi être traduit de manière très concrète. Les activités RH seront organisées et articulées entre les composantes, les structures de recherche, les pôles et le nouvel établissement.

Un accompagnement renforcé

L’établissement a fait le choix d’être accompagné par un prestataire dans la mise en œuvre opérationnelle du projet dans sa déclinaison RH, tant sur le plan de l’expertise que de la méthodologie. Cet accompagnement doit permettre de définir les organisations cibles et de déterminer les trajectoires différenciées pour les atteindre, en tenant compte des spécificités de chaque pôle.

Une équipe interne sera dédiée au projet au sein de la Direction des ressources humaines et du dialogue social (DRHDS) pour assurer l’accompagnement collectif et individuel des personnels.  Elle s’appuiera notamment sur un plan de formation des personnels renforcé pour soutenir les parcours professionnels.

Parallèlement, le CHSCT d’Établissement a sollicité une expertise pour évaluer l’impact du projet sur les conditions de travail des personnels. Les résultats et les préconisations de cette expertise alimenteront les réflexions. Ses conclusions montrent par exemple que l’accompagnement des personnels doit se fonder sur les réalités du travail au quotidien, que les cadres intermédiaires de proximité ont un rôle essentiel à jouer, ou encore qu’une attention particulière doit être portée à la charge de travail.